• Accueil

AU NOM DU MAITRE (docu, autoproduction)

Le prix de la meilleure écriture radiophonique offert par la Scam Belgique (société civile des auteurs multi-média) a été attribué à

"Moi, je parle", une production de notre association, lors du festival Monophonic : http://www.monophonic2014.be/programme/concours-remise-des-prix

 

Au-delà des controverses à propos de la qualité de l'enseignement, de ses conditions, de son opportunité, ... Au-delà du scolaire, des personnes témoigneront de leur rencontre fondatrice avec un maître.

Le maître, qui est-il ?

Un violoniste virtuose que vous n'osez pas rencontrer, un metteur en scène charismatique qui révèle que vos propositions sont intéressantes, une prof de latin qui s'épanouit à la lecture d'Ovide ? Une personne qui, grâce à sa perspicacité, son bon sens, son humanité a pu les aider à se révéler à elles-mêmes.

Le maître est-il celui qui sait ou celui qui s'ouvre au savoir naissant de l'autre ?    

Est-il, comme l'a écrit Jacques Rancière, un « maître ignorant » ?

Et, le maître, sait-il qu'il est un maître ?

Ecouter la partie 1 :

Ecouter la partie 2 :

 

 


 L'élément déclencheur de cette série d'entretiens est la lecture du livre de Jacques Rancière ainsi que celle de cette lettre qu'Albert Camus envoya à son instituteur au lendemain de son prix Nobel :


19 novembre 1957

Cher Monsieur Germain,

J'ai laissé s'éteindre un peu le bruit qui m'a entouré tous ces jours-ci avant de venir vous parler de tout mon cœur. On vient de me faire un bien trop grand honneur, que je n'ai ni recherché ni sollicité. Mais quand j'en ai appris la nouvelle, ma première pensée, après ma mère, a été pour vous. Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j'étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé.
Je ne me fais pas un monde de cette sorte d'honneur. Mais celui-là est du moins une occasion pour vous dire ce que vous avez été, et êtes toujours pour moi, et pour vous assurer que vos efforts, votre travail et le cœur généreux que vous y mettiez sont toujours vivants chez un de vos petits écoliers qui, malgré l'âge, n'a pas cessé d'être votre reconnaissant élève. Je vous embrasse de toutes mes forces.

Albert Camus

© Les Grands Lunaires, 2020

Webmaster : Better Web